Mat pro : La Mesta, laboratoire de l’industrie photo

Catégorie(s) Matériel Pro - Vendredi 29 mars 2013 à 11:35

Jeudi 4 avril 2013 à Chalon-sur-Saône, site historique de l’industrie photographique, Maître Benoît Dessaut dispersera les matériels d’un laboratoire de fabrication de produits chimiques destinés à l’industrie photographique.

.
Implantée au cœur du site historique de Chalon-sur-Saône – ville où le procédé photographique fut inventé en 1839 par Nicéphore Niepce –, La Mesta Bourgogne fabriquait des produits chimiques pour l’industrie photo. Le jeudi 4 avril 2013, depuis son hôtel des ventes chalonnais et en direct sur le Live d’Interencheres, Maître Benoît Dessaut dispersera les matériels de cette société.
.

Réacteurs chimiques


.

Les produits finis étaient conçus à l’aide de réacteurs chimiques, dans lesquels étaient injectées des substances savamment dosées et mélangées, pour être transformées. Parmi les unités de production proposées à la vente figure un lot d’une quinzaine de réacteurs, de 2 à 16 mètres cubes, présentant chacun une spécificité technique. Mise à prix de cet ensemble : 15 000 euros. La vente présente également un lot de trois tours de réfrigération Mita 800 kWA avec des cuves de 18 mètres cubes, qui servaient à refroidir l’ensemble de ces réacteurs et des circuits de production (mise à prix : 5 000 à 6 000 euros). Par ailleurs, une machine de production d’eau glicolée (antigel) servant également à refroidir les réacteurs sera mise à prix entre 5 000 et 10 000 euros.
.

Laboratoires de recherche et de contrôle


.

La Mesta Bourgogne comprenait également un laboratoire d’analyse, spécialisé dans la recherche de produits innovants. Régulateurs, spectrophotomètre, thermo-balance, filtres… plus de 70 lots de machines de laboratoire polyvalent seront proposés à la vente avec une mise à prix de 50 à 500 euros. Les matériels du second laboratoire de la société, spécialisé dans le contrôle de la production et de la conformité, seront également mis aux enchères.
.

Incinération des produits chimiques et des gaz


.

Pour incinérer les déchets et les produits volatiles, l’entreprise utilisait un incinérateur RTO DURR à chambre de combustion. Cette imposante machine de 2001 sera proposée entre 10 000 et 15 000 euros. Le commissaire-priseur mettra également en vente un ensemble de six tours de lavage des gaz, qui servait à enlever les impuretés avant qu’ils ne soient incinérés (mise à prix de cet ensemble : de 2 000 à 3 000).

.

Lien vers cette annonce de vente


Laisser un commentaire